jacqueline

Jacqueline est l’une de ces femmes qui n’a jamais été victime de son grand âge. Elle continuait à affronter sa vie terrestre avec beaucoup de force et de volonté. Une mamie octogénaire qui, quelques jours avant de mourir, disait devoir vite rentrer chez elle s’occuper de son mari.

Je prend contact avec une femme, une mère et une grand-mère forte, aimante, énergique et pleine d’amour pour sa famille.

Elle me parle d’abord de l’une de ses filles, elle culpabilise, ayant eu l’impression de l’avoir moins aimé, de ne pas lui avoir assez donné. Se sentant plus proche spirituellement de l’une que de l’autre. Nous la rassurons ensemble, lui expliquant qu’elle pouvait avoir une complicité différente avec ses deux filles sans pour autant aimer l’une plus que l’autre.

Son inquiétude va ensuite à son petit-fils, Thomas, elle le sent perdu dans une relation pas forcément saine. Un jeune homme de 24 ans qui a encore besoin, selon elle, de mûrir encore.

Elle se soulage de ses dernières inquiétudes, elle profite de notre rencontre pour passer ses messages importants.

Elle me montre ensuite ses souvenirs, les grandes tablées familiales, elle aimait faire plaisir, cuisiner pour ses proches. Un alcool jaune qu’elle adorait, le limoncello. Ces moments-là sont pour elle, les plus importants et ceux qu’elle partagera avec moi.

Jacqueline est une victime de la COVID 19, et sa famille n’a pas pu lui dire au revoir, ils ont dû se contenter d’un simple appel téléphonique. Ni mise en bière, ni recueillement familial, pas plus de 10 personnes.

Elle les rassure en leur disant qu’elle était magnifique dans son chemisier rose, et elle reste pleine d’humour lorsqu’elle précise qu’elle avait même perdu quelques kilos. Elle se sent bien par rapport à cette mort et accepte la situation. Elle reçoit leur amour, leurs pensées et leurs prières.

Jacqueline s’ennuie, elle aimerait maintenant accepter cette Lumière qui lui avait déjà été proposée, mais elle a peur de perdre le lien avec ses proches.

Je la rassure, lui explique qu’elle ne perdra rien de tout cela, au contraire elle les retrouvera de manière plus intense, débarrassée de son corps mental et physique.

Quand elle est décédée, Jacqueline est devenue une âme environnante, visitant ses enfants, son mari. Puis elle a évolué, elle est devenue une âme errante, depuis elle erre seule, dans le noir sur le chemin menant à la Lumière. Et de ses propres mots, elle s’emmerde !

C’est le chemin classique d’une âme. Il n’y a donc pas à la convaincre mais juste à la rassurer.

Nous avons pu aujourd’hui avec sa fille et sa petite fille l’aider à monter à la Lumière.

jacqueline passage

J’ai rencontré, ce jour, 3 femmes incroyables, fortes et remplies de potentiel.

T E P

 Si toi aussi tu ressens le besoin de parler à un de tes proches décédés, n’hésite pas à me contacter

 

Écrit par Cindy

Partagez cet article, choisissez votre plateforme !

2 Comments

  1. Francis Bourcher 30 décembre 2020 at 10:57 - Reply

    Élévation facile d’une belle âme… d’autres ont certainement suivi… Beau travail ma grande ! Bise.

    • Cindy 30 décembre 2020 at 13:20 - Reply

      Oui, elle avait hâte de passer 😉

Laisser un commentaire